Politique : Projection sur les dates éventuelles des élections prévues en 2018

Malgré les appels de la société civile et des partis politiques à publier le calendrier des élections prévues en 2018, le Président Paul Biya se terre dans son silence habituel.

babdoo

 

Les appels incessants des citoyens à accéder à un calendrier électoral public au Cameroun sont loin d’émouvoir Paul Biya. Son entourage renvoie aux dernières dates. Il est néanmoins possible en s’appuyant sur la constitution et le code électoral de se projeter sur les échéances électorales prévues cette année. La convocation du corps électoral par contre reste du ressort du Président de la République.

 

La dernière élection présidentielle s’étant tenue le 11 octobre 2011 et le mandat présidentiel étant de 7 ans, la prochaine devra se tenir au plus tard le 11 octobre 2018. A ce niveau, le Président qui ne dispose pas d’un pouvoir de prorogation de son propre mandat, peut solliciter la modification de certaines dispositions de la constitution pour proroger le mandat présidentiel.

 

Quant aux municipales et législatives dont les derniers rendez-vous ont eu lieu le 30 septembre 2013, le mandat étant de 5 ans, il faudra s’attendre à la prochaine à la même date en 2018. Le Chef de l’Etat a néanmoins le pouvoir de proroger le mandat de cette catégorie d’élus, pour une durée n’excédant pas dix-huit (18) mois. Ces nouveaux élus, si le calendrier est respecté, devront donc élire les Sénateurs probablement le 14 mai 2018. La dernière élection de ces derniers ayant eu lieu en 2013 à la même date.

 

De toute évidence, si l’on s’en tient à la sortie traditionnelle du Président de la République du 31 décembre dernier, ces élections auront bel et bien lieu cette année. Le doute ou le suspens résident désormais sur les  jours et les mois.L’élection des conseils régionaux annoncée par Paul Biya pourrait également être prise en compte. Seulement, le Président de la République détient le calendrier de cette autre élection qui sera une grande première et va compléter l’ossature institutionnelle de l’Etat du Cameroun.

 

Paul- Joël Kamtchang