Révision à la baisse du budget des communes du Wouri

Instruites par le préfet de présenter des budgets réalistes, les communes de ce département se sont exécutées et démontré toute la subjectivité de leurs premiers chiffres.

 

tp1

 

Les budgets des principales communes du Wouri et même celui de la communauté urbaine de Douala (CUD) ont été revus à la baisse. Une comparaison avec les précédents, notamment ceux de 2017 montre qu’ils sont en baisse de 12% à Douala 1er contre 23,56% à Douala 5èmeet de  10, 14% à Douala 2ème. Les autres communes du département se situant pratiquement dans les mêmes fourchettes de réduction

 

Ces baisses sont la conséquence du niveau d’exécution des budgets antérieurs jamais atteints par les communes concernées. « Face au niveau d’exécution des budgets des années antérieures, le Préfet nous a recommandé d’avoir des budgets plus réalistes »confirme Jean Robert Waffo, maire adjoint à la mairie de Douala 2ème.

 

Avant les prescriptions du Préfet du Wouri, certaines communes à l’instar de la commune de Douala 1er avait revu à la baisse leur budget à mi-parcours pendant l’exercice budgétaire 2017. Le comité ad hoc de “restructuration budgétaire” de cette commune avait ainsi ramené son budget de l’exercice 2017 de 2 milliards 8 800 millions FCFA à 2 milliards 456 millions FCFA.

 

Des budgets irréalistes et mal exécutés

 

Selon des indiscrétions glanées à bonne source, au 31 décembre 2017, la plupart des communes avaient exécutées seulement environ 40% leur budget. D’autres étant largement en déca en attendant la session du conseil municipal de mars consacrée au compte administratif qui donnera les chiffres réels. Une situation incompréhensible et inacceptable dans un environnement où les besoins primaires des populations des communes du Wouri ne sont pas satisfaites. Dans l’ensemble, les habitants font toujours face aux problèmes d’accès à l’eau potable à l’électricité et aux soins de santé entre autres.

 

« Le recouvrement étant bas, il est difficile d’améliorer les conditions de vie des citoyens » confie Celestin Djamen, conseiller municipal à la mairie de Douala 1er. Mais pour Carlos Ngoualem, 6ème adjoint au Maire de Douala 5ème, c’est davantage “un manque de vision” qui plombe l’atteinte de ces objectifs qui s’écartent des missions de base des mairies.

Dans l’un comme dans l’autre cas, tous ces budgets sont jugés irréalisables. Plusieurs goulots d’étranglement sont notés aussi bien par des conseillers municipaux que par des observateurs de la décentralisation. “Le budget est en baisse mais celui qui est voté est irréalisable”s’offusque Serge Espoir Matomba, 1er Secrétaire du Parti Peuple Uni pour la Rénovation Sociale (PURS) par ailleurs conseiller municipal à Douala 4ème. “On nous plaque par exemple les données sans nous indiquer là où on va trouver tout cet argent” fait-il remarquer.

 

A Douala 1er, un difficile recouvrement des recettes est pointé du doigt. Pour 2018 par exemple, l’exécutif compte sur les recettes issues de l’Occupation Temporaire de la Voie Publique (OTVP) pour réaliser certains projets. Les autres communes, comme celle de Dla 1er, misent sur le reversement par le Trésorier Payeur Général (TPG) de 40% des 35 milliards soit 14 milliards que le ministère des Finances (MINFI) accorde à la Communauté Urbaine de Douala (CUD) au titre des Centimes Additionnels Communaux (CAC). Ces 14 milliards devant être répartis aux six communes de rattachement à savoir Dla 1er, 2ème, 3ème, 4ème, 5ème et 6ème. Cela fait un pactole de 2,3 milliards par commune d’arrondissement.

 

En effet, le décret du Premier ministre de 2011 fixant les modalités de centralisation, de répartition et de reversement des impôts communaux soumis à la péréquation indique en son article 6 alinéa 5 que: «sur la quote-part des CAC alloués à la communauté urbaine, 40% doivent être affectés aux communes d’arrondissement de rattachement». «Cela n’a jamais été fait»  confie un exécutif municipal. Le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD) et celui des Finances se rejettent mutuellement la faute quant à la clé de répartition.

 

Depuis 2011, année de signature dudit décret, les six communes de Douala ont connu une perte sèche de 14 milliards pendant 7 ans soit 98 milliards FCFA. Ce qui revient à dire que chaque commune d’arrondissement de Dla a perdu durant la même période 16,33 milliards FCFA du fait de la retenue illégale des CAC par certains acteurs de la chaîne de décision.

En attendant, à Douala 2ème, sur les 250 000 000 FCFA de droit de place dans les marchés, au 30 juin 2017, les services de recette enregistraient déjà 89 035 625 FCFA.

 

Paul- Joël Kamtchang

Quid de la Communauté Urbaine de Douala

Budget CUD 2018

52 620 000 000 FCFA, en baisse de 7,2%

 

Principaux projets routiers de 2018 à réaliser le Wouri

COMMUNE TYPE DE PROJET LINÉAIRE MONTANT EN FCFA PÉRIODE
Douala 1er Route pavée 2.6 Km 1 milliard 400 millions 2018
Douala2e Route pavée 2 Km 1 milliard 52 millions 2018
Douala 3ème Route pavée 2 Km 1 milliard 900 millions 2018
Douala 4ème Route pavée 2, 7 Km+ 5,1 Km 5 milliard 400 millions 2017-2018

Douala 5ème

 

Route bitumée 7,1 Km 18 milliard 2018

Données collectées par PJK